Un peu déçue par Rogue One lors de sa sortie entre deux "vrais" épisodes de Star Wars, je n'étais pas forcément très motivée pour aller voir Solo - le spin off centré sur la jeunesse du célèbre voyou intergalactique. Et puis bon... la présence de Kasdan au scénario, Howard à la réalisation, et celle de l'excellent Donald Glover dans le rôle de Lando, ça avait quand même de quoi attiser ma curiosité. S'il n'est clairement pas le film de l'année, il était bien meilleur que ce à quoi je m'attendais et j'ai passé un excellent moment. Accrochez-vous : vitesse lumière !

the-first-trailer-for-solo-a-star-wars-story-is-reportedly-coming-soon-social

Bon, déjà, évacuons les points qui fâchent. Non, ce Star Wars Story ne fait pas exception au reste des films récents de la franchise (coucou Rogue One) : le développement des personnages en est encore une fois réduit à son minimum syndical, en quelques caricatures et clichés, le tour est joué. C'est un peu dommage vu que ce genre de films est généralement bien plus intéressant quand on s'attache aux personnages. Les créateurs ont préféré se concentrer sur des dizaines de scènes d'action trépidantes. C'est un choix, pas celui que j'aurais fait, surtout que certaines scènes durent trop longtemps voire sont carrément superflues et auraient avantageusement laissé leur place à un peu de mise en avant des protagonistes. A tout casser, Han Solo (personnage principal de cette "origin story") doit avoir 3 phrases de background. Mais bon, j'ai déjà fait ce reproche à pratiquement tous les épisodes de Star Wars (épisodes 3, 5, 6,  7 et 8, je parle de vous), alors je me dis que c'est peine perdue. Et puis on ne peut pas tout avoir : on a le droit à un peu de rab de politique (pas grand chose, mais quand même), après des épisodes 7 et 8 complètement à sec sur le sujet, ça m'a fait du bien, donc je ne me plains pas trop.

solo_9

D'un autre côté, ma plus grande surprise a été d'apprécier la prestation de Alden Ehrenreich, qui m'a impressionnée dans son travail de mimétisme du grand Han Solo de Harrison Ford. Ok, il ne ressemble pas vraiment à l'acteur, il n'a clairement pas son magnétisme, mais regardez bien toutes les expressions, les mouvements, la posture : il a complètement capté l'essence du personnage. Chaque seconde du film, on SAIT ce que Han pense sans qu'il n'ait besoin d'en parler. Et ça, c'est l'essence du personnage, cette franchise, cette façon qu'il a de raconter les pires bobards et de n'être qu'à moitié crédible. Le mec qui tire parce que le type en face le saoule. Ça me rend un peu triste de voir l'acteur Alden Ehrenreich se faire descendre dans toutes les critiques, c'est injuste vu le travail qu'il a visiblement fourni et le résultat que j'ai trouvé bluffant. Bon, après, les dialogues du bonhomme ne sont pas tout à fait au niveau, mais en même temps, comment voulez-vous écrire pour Han Solo si vous n'avez pas Harrison Ford pour réécrire toutes les meilleures répliques ? Vous en pensez ce que vous voulez mais à mes yeux, faire le procès de la prestation de Alden Ehrenreich, c'est faire preuve d'un chouilla de mauvaise foi. Il était bon.

solo-a-star-wars-story-20

Ce qui était plus perturbant, c'est surtout que Han passe 50% du film a ne PAS être Han Solo tel qu'on le connaît... puisque justement, le but du film est de nous montrer qu'il n'a pas toujours été le gros bourrin sans scrupule qu'on a rencontré dans la saga. De nous expliquer à cause de quoi il le devient. Comment il évolue. Pourquoi à la fin du Retour du Jedi, il a ENFIN trouvé ce qu'il cherchait depuis le début. Ce qui m'a irritée pendant les 50 premières minutes du film, je l'avoue sans honte (je ne cessais de me lamenter : "mais qu'ont-ils fait à Han ?????"), mais finalement, je me suis laissée prendre au jeu. Au moment où les noms des scénaristes sont apparus durant le générique de fin, j'étais convaincue qu'on tenait là la véritable histoire de Han Solo, telle qu'elle avait pu être imaginée sans être précisément documentée dans les années 70. Malgré une chronologie un peu rapide à mon goût (la deuxième moitié du film aurait gagné à se dérouler sur plusieurs années), j'ai apprécié cette relecture, et soyons honnête, elle aurait très bien pu sortir des cartons de George Lucas. Le film lui-même porte un peu la marque de Lucas, d'ailleurs.

solo-a-star-wars-story-affiche-1019222

Solo : a Star Wars story a des tonnes de défauts. Ils sont principalement dûs au manque de profondeur des personnages, principaux comme secondaires. Seuls Chewbacca et Lando, déjà présents dans la saga, ont un personnage un peu travaillé (eux et le robot, parce que visiblement, donner plus de personnalité à un robot qu'à un humain, c'est comme ça que ça marche dans les Star Wars Story).  Je ne vous cacherai pas que c'est frustrant. Les scènes supposément émouvantes tombent un peu à plat et c'est vraiment dommage, car le film est pourtant un divertissement de qualité. Le scénario, sans être éblouissant (coucou les twists évidents), offre des scènes très sympa, et intègre des éléments du cinéma classique : western, film de gangster, course de voiture, pure SF se mélangent joyeusement- comme dans tout bon épisode de Star Wars, ce sont les mélanges et les références qui font le charme du film. Avec Solo, on revient aux fondamentaux posés par Lucas. On en prend plein les yeux (les effets spéciaux sont classes), c'est trépidant, c'est un peu fou, c'est amusant.

solo-acteur

Son aspect western / film de gangster est totalement adapté au personnage et à son histoire, il va sans dire. Même si la première moitié du film me faisait un peu trop penser à Firefly (on retrouve les thèmes des deux premiers épisodes de la série), j'ai trouvé la multitude de références vraiment cool et bien utilisée. Le film essaie de nous expliquer plein de points qui étaient mystérieux dans la saga d'origine, tout en intégrant l'histoire dans le reste de l'univers étendu. C'est con à dire, mais je n'avais pas envie que ce soit déjà la fin du film quand elle est arrivée. Je voulais continuer à suivre Han et Chewie, savoir dans quelle prochaine galère ils allaient s'engager, ce qu'il allait advenir de leurs compagnons d'infortune. Et puis quel bonheur d'assister à toutes les scènes dont on avait pu entendre parler durant la saga ! Quel bonheur de voir Chewbacca utilisé comme un vrai personnage et pas comme simple faire valoir ! Quel bonheur d'assister à toutes ces joutes verbales, à toutes ces scènes d'action !

BREF

Solo était une très bonne surprise. Drôle, énergique, plein de petits moments sympathiques, le tout soutenu par une excellente BO de John Powell et la réalisation efficace de Ron Howard. Alors bien entendu, ses nombreux défauts pourraient frustrer les fans de la saga. Mais si vous êtes un peu curieux, vous pourriez vous laisser séduire. En tout cas moi, je vous le conseille.

4e
On vous le conseille fortement !