Les j3ux sont faits

jeudi 23 mars 2017

Gamebuino, Arduboy et Kitco : triple test !

Kitco et Arduboy article

Oh ! Bonjour et bienvenue dans un ersatz du Hardcorner !

Aujourd'hui, pas une, pas deux mais trois consoles portables open source à découvrir… avec des images inédites dignes d'un photographe professionnel !!! La Gamebuino créée par Aurélien Rodot et la Arduboy créée par Kevin Bates vont s'affronter lors du premier round. Puis la Kitco de François Jacob va faire son entrée pour peut-être tout chambouler. Alors qu'est-ce que c'est-y pas qu'il vaut mieux acheter ? Il ne doit en rester qu'une !

Photo1213



Trop content de recevoir ma Gamebuino seulement six jours après l'avoir commandé, alors que ma boîte aux lettres attend toujours ma Arduboy, en pré-commande depuis plus de deux mois. La première vient de France (Cocorico !!!) et se vend depuis deux ans alors que la seconde vient à peine de finir ses expéditions pour les participants au crowdfonding et commence tout juste à être envoyée pour les pré-commandes.

Aurélien Rodot : 1
Kevin Bates : 0 (score provisoire)

Points communs des deux petits joujoux : ce sont des consoles portables récentes, inspirées de la première Gameboy, très basiques dans leurs capacités techniques mais attrayantes par leur taille (pour le coup, ça tient VRAIMENT dans la poche) et par leur liberté de programmation. Tu peux y installer légalement des programmes conçus par les autres, et en créer toi-même et les diffuser, si l'aspect cryptique du langage informatique ne te rebute pas trop. Du coup, même si le prix te semble légèrement épicé (environ 50 euros par console, frais de port compris) rien à débourser pour les jeux par la suite. Tant qu'il y aura des gugus pour faire vivre le truc et partager sur le net, ces deux petits concentrés de technologies continueront à vivre sans peur du lendemain. (Tu remarques aussi le tutoiement de cet article, preuve qu'on peut imiter mal à la fois Benzaïe et Médoc.)

Arduboy Gamebuino poche article


Mais alors, comment je fais pour savoir laquelle acheter ? Est-ce que je suis plutôt "Game" ou plutôt "Boy" (plutôt "Ardu" ou plutôt "Buino") ? Car sur le papier pixelisé d'Internet, les deux bestioles semblent se répartir les qualités et les défauts. Si l'écran de la Gamebuino contient moins de pixels que celui de sa concurrente, sa mémoire et son autonomie sont plus conséquentes. Mais ce ne sont pas les seules différences notables.

La GAMEBUINO de Aurélien Rodot

Livraison :

Envoie rapide et soigné après la commande. Enveloppe à bulles. Petit texte de bienvenue et de conseils d'utilisations en anglais collé sur la pochette plastique. C'est toujours agréable. L'enveloppe contient pas mal de choses, sachant qu'il s'agit seulement du pack de base. On peut acheter des boutons et des coques supplémentaires, avec des couleurs différentes, et des câbles pour le multijoueur.

Gamebuino article 3


La console :
Très stylée avec sa coque détachable et transparente aux bordures ouvertes. Laissant apparaître le moindre de ses composants. Tu vois que c'est prévu pour être transparent à la base parce que les lettres et pictogrammes sont imprimés directement sur le circuit imprimé, contrairement à la Game Boy. Il y a pas mal d'entrées et de sorties sur la console, un bouton C non présent sur la Arduboy, et des petites lumières qui indiquent notamment l'allumage et la charge de la batterie. Il y a une carte Micro SD de 128 MB dedans, facilement accessible par le dessus. Allumage de la bête par le bouton on/off : ça marche ! L'écran est plus lisible que je ne le pensais. Plusieurs jeux sont déjà chargés dessus (beaucoup). La prise en mains a l'air correcte malgré la taille réduite du gadget.

Gamebuino article 4



Points négatifs relevés après l'euphorie des premiers instants :


Certaines vis ont légèrement fendu la coque avant et arrière. Heureusement ça reste solide et une autre coque transparente se trouve dans le colis. Je pensais qu'elle étais en bois (ça aurait été fun) mais c'est juste l'autocollant de protection. La batterie a l'air de se balader un peu à l'arrière, au bout de ses fils rouge et noir, mais ne devrait pas s'échapper. Première navigation dans le menu principale, mauvaise surprise : les boutons semblent trop réagir. Le curseur se déplace de plusieurs cases au lieu d'une à la fois (problème mécanique ou de programmation ?). J'essaye de lancer un jeu au pif. Ça charge depuis la carte SD. Et assez longtemps. Le jeu se lance mais un message m'indique que la batterie est faible : je dois éteindre et la recharger. Pas de soucis puisque un câble est fourni pour brancher la console à son ordi. Le son est horrible mais peut être désactiver facilement au début de chaque jeu. Attention ! Pour les jeux qui demandent des réflexes au niveau de la croix directionnelle (exemple : "World's Hardest Game") c'est vraiment laborieux ! Les quatre petits boutons bleus séparés sont bien mignons mais c'est pas avec ça que j'arriverai au niveau 22.

Gamebuino article 2


Autre contenu du pack de base :


Mentionnée plus haut, la deuxième coque n'est peut-être présente que chez ceux qui reçoivent une console légèrement fendillée. L'enveloppe contient un petit câble blanc USB/microUSB, qui me permet de recharger la batterie depuis mon Mac, au moment où j'écris ces lignes. Un adaptateur USB/carte microSD qui pourra sans doute me servir aussi pour transférer les photos de peluches de Pikachu depuis mon téléphone à vingt euros sur mon Macbook. Une pochette en tissu vient clore les festivités. Grise, fine, plutôt sans âme. L'effort est appréciable mais elle semble plus adaptée à recevoir des pièces d'or en carton pour compléter un vieux jeu de société qui traîne plutôt qu'à recevoir les formes originales et exubérantes de la Gamebuino. Mon conseil : récupérez un porte monnaie en tissu épais et à scratch en brocante pour cinquante centimes, ça aura plus de gueule et ça protégera mieux votre nouveau jouet (je rappelle d'ailleurs que les deux consoles se sont vendues avec cette accroche : "De la taille d'une carte de crédit", donc ça a carrément du sens de les ranger dans un porte monnaie). Ça y est, la batterie est déjà rechargée ! Le voyant "batterie pleine" est allumé alors qu'elle est branchée depuis seulement deux heures environ. Plutôt cool.

Gamebuino charge article


Mention spéciale après avoir tester les jeux pré-installés sur la console :


Le jeu "Super Crate Buino" est très accrocheur ! On s'amuse à dégommer les ennemis avec différentes armes et à débloquer de nouvelles armes et nouveaux niveaux. On progresse dans le jeu en collectant des caisses qui nous font changer d'arme aléatoirement. Un bon portage du jeu "Super Crate Box" de Vlambeer. En plus, on peut conserver toutes les sauvegardes des jeux, même en éteignant la console et même en revenant au menu principal de choix du jeu. "Les autres consoles peuvent-elles en dire autant ?"

Gamebuino article 1



La ARDUBOY de Kevin Bates


En avril 2016 (oui ça remonte !) j'avais sorti un premier article sur cette petite console qui me faisait bien envie. Ma commande était passée et je harcelais ma boîte aux lettres chaque jour. Les stars se font attendre. Enfin ! Elle est là, entre mes mains, la Arduboy tant attendue ! Ça fait quoi ? Six mois que je l'ai commandé ? Le colis est super léger, j'ai l'impression qu'ils ont oublié de mettre la console dedans. Mais non. Dans son plastique de protection, dans son sachet hermétique, dans sa boîte en carton, dans son enveloppe à bulles.

Arduboy article 4

Même si le design de la boîte en carton est assez basique, celui de la console en elle-même est impeccable. Un vrai bijou électrique. C'est bien compacte, bien lisse, bien arrondi, bien fermé (contrairement à la Gamebuino) et on sent que nos gros pouces peuvent glisser voluptueusement d'un bouton à l'autre en tout confort. À part l'épaisseur (5 mm) elle a exactement la forme d'une carte de crédit. Les bords sont arrondis et les vis et les boutons ne dépassent pas.

Arduboy article 1

J'ai commandé le modèle "vanilla" : le blanc avec une croix noire et des boutons A et B rouges. C'est beau. Un jeu est déjà chargé : "Mystic Balloon" et la batterie n'est pas vide. On peut directement s'essayer à cette création originale qui me rappelle le premier jeu vidéo que j'ai acheté étant petit : "Super Mario Land" sur Game Boy. C'est un jeu de plateformes 2D avec un héros tout mignon qui peut planer dans les airs avec des ballons ou aspirer avec une sorte d'aspirateur. L'écran est petit, on a souvent du mal à voir les ennemis arriver mais ça va. Le scrolling fait bien son boulot et le cadrage se dirige dans la direction où vous appuyez. Haut, bas, gauche ou droite, même en l'air. D'ailleurs cette fonction se révèle presque indispensable, intégrée au gameplay, un peu comme dans "Spelunky" sur Xbox 360, lorsque vous vous baissez pour voir où vous pourrez atterrir. J'imaginai un jeu facile mais la difficulté augmente bien dès le troisième ou quatrième niveau et le game over vient assez facilement. Touché trois fois et vous recommencez depuis le début. Comme à la vieille époque des vrais joueurs.

Arduboy article 2


Une bonne première impression donc, pour cette Arduboy. Dernières précisions : elle est livrée avec un câble qui la relie à l'ordi pour recharger sa batterie, et sa communauté sur Internet est très active. J'ai laissé un petit commentaire sur leur site officiel qui est assez bien foutu. Petit bémol : le câble fourni charge seulement la batterie, il en faut un autre pour charger les données (mais ça se trouve facilement pour pas cher et pas mal de gens l'ont déjà).

La KITCO de Papamaker

Troisième et dernière concurrente de ce match entre mini consoles très ouvertes : la Kitco. Créée par un Français, "Papamaker", que j'ai rencontré à la Maker Fair de Paris il y a déjà quelques mois, avant la commercialisation de la console. D'abord présentée comme "la console à 5 euros" (aujourd'hui 10 euros) elle reste clairement la plus accessible au niveau du portefeuille et se démarque en proposant (enfin en imposant si on veut y joueur) de souder soi-même les différents composants sur un circuit imprimé. Un tutoriel présent sur le site www.kitco.fr montre très bien comment assembler pas à pas l'appareil. Une belle manière de s'initier à l'électronique.

Kitco article 1

L'aspect pédagogique est essentiel dans cette console, comme va nous l'expliquer son créateur dans cette interview menée par mes soins :


Juice : Bonjour François, qui es-tu ? Dans quel but as-tu créé la Kitco ?

Papamaker : Bonjour Julien, je suis un ingénieur informaticien de 42 ans, et depuis deux ans, lors de mes loisirs, je suis aussi un maker : j'utilise différentes techniques (informatique, électronique, impression 3D, ...) afin de fabriquer des objets. C'est passionnant mais ça demande beaucoup de temps. Comme j'ai un fils de 11 ans et que je voulais partager ce loisir avec lui, j'ai eu l'idée de lui fabriquer une console de jeu portable. Comme ça on s'amuse et dans le même temps, je lui apprend l'informatique et l'électronique. Après j'en ai créé un kit, pour en faire profiter le plus grand nombre.

Kitco article 2


Juice : J'ai acheté ta console au fablab "Les Fabriqueurs" à Malakoff lorsque tu l'as présentée. Quoi de neuf depuis ?

Papamaker : Depuis le 29 septembre, nous avons participé à plusieurs événements avec d'autres associations et fablabs. Cela était l'occasion d'apprendre à des jeunes à fabriquer leur Kitco. On a été chez /Ut7 à Paris, au Cube à Issy les Moulineaux, au petit fablab de Paris, à la Paillasse, sans compter les nombreuses fois chez les fabriqueurs. Quand après 1 à 2 heures de soudure, on met les piles dans le boitier et que la console démarre, j'adore voir le sourire des jeunes qui s'amusent avec la console qu'ils ont eux-même  construite ! On en a vendu plus de 150 et côté jeux, on a sorti un Tetris, un Pong  et aussi un Sokoban en plus du casse-brique, du snake et de pac-rob qui étaient disponibles au lancement.

Kitco article 3


Juice : Quels sont les avantages et les particularités de la Kitco par rapport aux autres consoles programmables ?

Papamaker : La principale différence c'est que Kitco est un projet à but éducatif et non lucratif, complètement open-source et aussi open-hardware. Je fais ça pendant mon temps libre et de manière bénévole, cela permet de proposer le kit à un prix très bas (10 euros). Le bas prix est très important car les structures éducatives (écoles, centre de loisirs, clubs, fablabs,etc...) ont souvent des petits budgets. Et comme je veux que le prix reste bas, cela m'oblige à être inventif comme par exemple avec la nouvelle boîte du kit qui se recycle en coque pour la console !

Kitco article 4


Juice : Qu'est-ce que tu apprécies chez les autres consoles, qui n'est pas présent sur la Kitco ?

Papamaker : J'adore le format de l'Arduboy. Même quand elle est éteinte, elle est agréable à regarder et à prendre en main. Les concepteurs ont fait un super boulot pour la faire si petite et d'aussi bonne qualité. Les boutons aussi sont très agréables. J'aime aussi beaucoup la Gamebuino et je suis admiratif de la communauté qui s'est créée autour du projet. De plus, elle a été crée par un étudiant et il a vraiment fait un travail de très grande qualité, d'autant qu'il soude les consoles lui-même.

Kitco article 5


Juice : Quels conseils et références donnerais-tu à des personnes qui voudraient s'initier à la programmation informatique ? Est-ce abordable pour tout le monde ou faut-il être un génie des maths et des nouvelles technologies ?

Papamaker : À tous ceux qui aimeraient découvrir ce formidable univers qu'est la programmation informatique, je leur dirais : "Soyez curieux !" et "N'ayez pas peur !". Tout le monde peut programmer, c'est beaucoup plus facile qu'on le croit souvent. Pour commencer, il y a ce site génial : https://hourofcode.com/fr , il vous guide de manière excellente pour vos premiers pas en programmation ! Après, il y a aussi le site https://scratch.mit.edu/ qui est un classique inventé par le M.I.T. et qui est parfait pour les enfants. Pour aller plus loin, il y a de nombreux MOOCs sur internet, mais il faut s'orienter vers le bon langage selon ce que l'on souhaite faire. Par exemple, pour coder des jeux vidéos sur Arduboy, Gamebuino ou Kitco, il faut apprendre le C.

Kitco article 6


Juice : Merci. Souhaites-tu ajouter un dernier mot pour nos lecteurs du blog LJSF ?

Papamaker : Merci de vous intéresser à Kitco. Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez venir me voir au Fablab des fabriqueurs à Malakoff les jeudis soir car on est ouvert au public (détails sur www.fabriqueurs.com). N'hésitez pas non plus à nous trouver sur www.kitco.fr ou sur facebook : https://www.facebook.com/laconsolekitco. À bientôt !


Conclusion :

Les trois consoles ont chacune leurs qualités et avantages, selon ce que vous recherchez. Personnellement, c'est la Arduboy que je choisirais pour m'essayer à la programmation et partager du code. Meilleur écran, meilleur prise en main, la plus compacte et la plus belle et une super communauté internationale sur Internet. Cependant, le monde est grand. Il existe d'autres possibilités pour les bricoleurs et passionnés de code. Pocket Chip, homebrew sur Game Boy originale et que sais-je encore. Il y a mille et une façons d'entrer dans la matrice.

Arduboy article 3

Posté par Juice Lizard à 10:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,