Les j3ux sont faits

mercredi 3 juin 2015

Moment Disney : Portrait de Pocahontas

Pocahontas, princesse politique

 

Affiche de Pocahontas (1995)

 

Film : Pocahontas, 1995

Age : 18 ans

Nationalité : Amérindienne, tribu des Powhatan

Statut : célibataire

CV : princesse Disney officielle, fille de chef, future martyre de la conquête de l'Amérique

Chansons : Au détour de la rivière, L'Air du vent, Des sauvages (Part II)

Forte de la porte ouverte par Jasmine, Pocahontas débarque sur nos écrans trois ans plus tard et elle n'est pas là pour faire de la figuration. Fille du chef de la tribu des Powhatan – oui, Disney a nommé son père d'après le nom de la tribu, et oui, c'est un drôle de choix – elle est investie d'un vrai rôle politique et se Eh non, je n'ai pas besoin de toi pour être une starplace au centre du film. D'ailleurs, ce n'est pas elle qui devient l'intérêt amoureux de John Smith – entorse à la réalité où Pocahontas était une enfant lorsque le quadra John Smith débarqua sur la côte américaine – mais plutôt John Smith qui devient son intérêt amoureux. Cela peut paraître anecdotique, mais cela fait une vrai différence.

Du point de vue du caractère, Pocahontas se place aux côtés des princesses plus matures telles que Cendrillon. Elle recherche l'aventure au-delà de son destin déjà tracé, tout comme Ariel et Belle. Mais placée face au même problème que Jasmine, puisqu'on songe également à la marier à un homme qu'elle n'apprécie pas, elle réagit de façon plus mesurée et moins comme une ado en crise – même si l'on n'aurait pas songé à jeter la pierre à Jasmine. D'inspiration rousseauiste, Pocahontas est une jeune femme proche de la nature et possiblement dotée de pouvoirs chamaniques suggérés tout au long du film, ce qui en ferait la première princesse Disney à disposer de pouvoirs magiques.

Son dessin animé est cependant bâti de façon assez différente des autres films de princesses et se caractérise par le peu de place qu'y prend la romance. Celle-ci n'est jamais qu'au service d'une toute autre intrigue, autour de la politique et du racisme, donnant au film une profondeur nouvelle pour le studio. Bien sûr, il ne faut pas oublier que Disney a sacrément remanié l'histoire, notamment pour rendre la majorité des colons blancs sympathique, et pour nous faire oublier que Radcliffe a fini écorché Bolton-style par les Powathan. C'était pas family-friendly... Cependant, Pocahontas reste un film porteur d'un message, éloigné des contes de fées auxquels est habituée la firme. Placée devant un dilemme, à choisir entre l'amour et son rôle politique, elle fait le choix que l'on attend pas : elle prend ses responsabilités et laisse John Smith s'en retourner en Europe, seul.

Physiquement, Pocahontas ne s'éloigne pas de l'esthétique traditionnellement pin-up des princesses Disney. Un article, lu il y a quelques temps et sur lequel je n'arrive pas à remettre la main dans les méandres du net, Pocahontas a un tour de taille de 25cm a vue de nezsoutenait que sa caractérisation ethnique était vague, puisqu'elle était entre autres inspirée par Naomi Campbell. Or, la célèbre mannequin d'origine jamaïcaine est afro-américaine, et non pas amérindienne. Les Amérindiens n'étant pas du tout mon domaine de prédilection, je ne peux qu'avouer mon ignorance sur le sujet. De mon point de vue, Pocahontas a néanmoins des traits qui l'identifient comme amérindienne : sa haute taille – elle est presque aussi grande que John Smith, alors que les autres hommes de sa tribu la dépasse largement, son nez – on en revient toujours au nez, et bien évidemment, ses longs cheveux noirs plus raides que raides, qui flottent dans « l'air du vent ». Malheureusement, pour revenir à un problème déjà évoqué plus tôt, son relooking pour intégrer la franchise des princesses a été une vraie catastrophe. Nez remodelé en trompette, peau éclaircie... Les Powhathan se retournent dans leurs tombes.

 

Les princesses sont à deux doigts de la révolte

- Mon épée a soif...- C'en est trop ! Les filles, c'est LA GREEEEVE !
Amy Mebberson

 

Même si beaucoup d'entre nous préféreraient l'oublier, on peut difficilement faire l'impasse sur la suite de ce dessin animé, Pocahontas 2 : Un monde nouveau. Ce deuxième volet est fort improbable à de nombreux points de vue – des costumes fin XVIIIe siècle, vraiment ? – et est tout à fait oubliable, mais il représente néanmoins une incongruité dans l'histoire des princesses Disney. En effet, Pocahontas a l'occasion d'avoir un second intérêt amoureux.

Alors que le studio affiche depuis ses débuts l'idéal du premier, unique et véritable amour, la jeune amérindienne tombe amoureuse une deuxième fois. Cette « anomalie » fait suite aux nombreuses critiques face au premier dessin animé, qui avait complètement transformé la réalité historique. Pour corriger le tir, Disney met donc de côté John Smith, qui n'a jamais été l'amant de Pocahontas, pour mettre en scène John Rolfe, qui fut son mari. Le film passe néanmoins sous silence qu'elle a été enlevé parce que c'est vraiment pas glamour.

A ma grande surprise, j'ai découvert récemment qu'un grand nombre de personnes trouvait que ce changement faisait paraître Pocahontas futile et même un peu facile. Il s'agit pourtant d'une évolution assez réaliste. Une jeune fille de 18 ans voit son compagnon partir à l'autre bout du monde alors qu'il est blessé et apprend sa mort. Elle rencontre un autre type et l'aime bien. Du coup, quand l'autre revient, elle lui dit gentiment qu'ils ne vont pas pouvoir se remettre ensemble.

C'est probablement la relation la plus réaliste de tout l'univers Disney.

Pocahontas est donc une princesse étonnemment éloignée des standards du studio. Dans son cas, la mise de côté de l'intrigue romantique a permis au personnage une toute autre dimension.

Princesse précédente

Posté par Sushi144 à 13:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,