Les j3ux sont faits

mercredi 1 février 2017

La Grande Muraille, du grand n'importe quoi

283305

Zhang Yimou. Matt Damon. Le choc de la rencontre entre ces deux mastodontes du cinéma a dû perturber toute l'équipe de tournage, les scénaristes en tête, pour qu'on en arrive à CE film. L'idée de départ était pourtant vraiment fun : faire un film d'heroic-fantasy dans lequel on imagine que la Grande Muraille sert en réalité à protéger la Chine (et le monde) d'une horde de créatures terriblement dangereuses. On aurait pu avoir le droit à un film épique, spectaculaire. Un genre de "Seigneur des anneaux" chinois. Mais en fait, il faudra surtout vous attendre à une quantité astronomique de "n'importe quoi".

 

Première blague : les affiches du film, certaines bandes-annonces et la description qu'on trouve sur le site des cinémas Gaumont essayent de présenter le film comme "pseudo-historique", même si on peut supposer la présence de trucs un peu fantastiques, genre des dragons (voir bande-annonce 2 ci-dessous). Ne vous y fiez pas, ce n'est pas le cas DU TOUT. La Grande Muraille est un film d'action, avec plein de mythologie, de pseudo-SF (?) et de trucs improbables dedans, mais de l'historique, pas vraiment.

Deuxième blague : que se passe-t-il quand un film chinois met des américains dans la production ? Bah, c'est les occidentaux qui sauvent tout le monde, bien entendu. On se croirait revenu à l'époque des vieux westerns, avec 3 cowboys ultra-badass qui gagnent contre des hordes de peaux-rouges pas vraiment capables de faire le poids. On passera sur le fait que le film nous montre au moins un aspect historique (à savoir qu'à cette époque, les avancées technologiques en Chine faisaient passer les occidentaux pour des gros bouseux) qui semble finalement totalement en contradiction avec cette figure du "sauveur occidental".

124954

Malheureusement, cette deuxième blague est un peu la base du scénario. Je veux bien que l'heroic-fantasy ne nécessite pas forcément une cohérence totale (suspension de crédibilité, tout ça) mais à ce point, c'est du gros foutage de gueule. Toutes les deux minutes (et ça peut monter à un rythme plus fréquent par moments), on fait face à un truc absurde qui fait passer le film pour un énorme nanard. Qu'il est, n'ayons pas peur des mots. La Grande Muraille est un énorme nanard, l'un des plus chers de l'histoire du cinéma. Tout, de la place ridicule du premier rôle masculin au comportement des monstres, en passant par les effets spéciaux, les réactions des personnages, les combats, les costumes (pourtant canons), et ce jusqu'aux moindres détails du scénario, tout a un aspect narnardesque. J'ai passé tellement de temps à rire devant l'absurdité de l'enchainement des scènes que deux jours après la projection, j'avais toujours mal aux abdos et les canaux lacrymaux irrités. Ce film est impayable : d'abord, parce qu'il comprend beaucoup d'humour (volontaire et réussi), ensuite, parce que je ne sais pas ce que les scénaristes ont fumé, mais c'était de la bonne.

phpThumb_generated_thumbnailjpg

Déjà, on notera qu'alors que le film se nomme "La GRANDE Muraille" et que cette dernière mesure plusieurs dizaines de milliers de kilomètres, bizarrement, toute l'action du film semble se dérouler sur les mêmes 500m. Il y a des milliers de soldats sur le mur, mais il n'y en aura que 4 ou 5 qui auront le droit à un rôle parlant. On nous promet de grandes batailles, mais en réalité, seule deux vraies batailles auront lieu pendant le film, et elles se finiront toutes de façon un peu débile, comme si les scénaristes n'avaient aucune idée de comment prolonger les batailles sur toute la durée du film. Un des personnages principaux est un stratège, mais en fait, de la stratégie, on n'en voit pas vraiment. Et chaque point de l'histoire, chaque scène semble ajouter au ridicule de l'ensemble. On passera sur les armes débiles (et presque toujours utilisées à mauvais escient, comme l'arc du héros, qu'il sort au corps à corps parce que Hey! tout le monde sait que c'est une arme de corps à corps).

greatwall2016pre4

Même ce pauvre Zhang Yimou (était-il au moins conscient, au moment du tournage ?) n'est clairement pas au meilleur de sa forme. Parce qu'un film au scénario totalement raté mais visuellement magnifique, ça ne m'aurait pas plus choqué que ça. La réalité est malheureusement que l'un des plus talentueux réalisateurs chinois n'a pas réussi à faire quelque chose de bien. La réalisation est vraiment plate, presque sans aucune trace de l'habituelle patte Yimou. C'est moche, quoi. En plus, comme si ça ne suffisait pas, le montage est complètement charcuté. Une grande déception quand on connait l'oeuvre du bonhomme (on parle du gars derrière Epouses et concubines, Hero ou encore La Cité Interdite).

Avouons-le : avec une bande-annonce mettant en avant des femmes-soldats avec de jolies breastplates, on se doutait un peu qu'on jouait dans la cour du cinéma bis. Très inspirée des univers du jeu vidéo (coucou Dynasty Warriors !), du jeu de société ou du wargame (coucou Warhammer !) avec son armée aux armures improbables et ultra-colorées, l'esthétique du film en ferait presque un bon candidat à une adaptation vidéoludique. Le film est presque divisé en "missions", avec un boss à battre à la toute fin. Finalement, dans le contexte d'un jeu vidéo, toutes les incohérences scénaristiques ne seraient pas si stupides. On pourrait même blâmer les joueurs pour les décisions bizarres des personnages. Finalement, est-ce que les créateurs du film ne se serait pas trompé de média ?

 

La Grande Muraille aurait pu être un bon film, parce que ça ne tenait pas à grande chose. Une relecture du scénario, un peu moins de racisme (nan, je ne sais pas quel autre nom donner à ça), une vraie métaphore sur la bureaucratie (ça s'y prêtait tellement ! Pourquoiiiiii ne pas l'avoir fait ?????), bref, pas grand chose à modifier pour pondre un film d'action fantastique digne de ce nom. Surtout que les personnages principaux, même s'ils tombent vite dans les clichés, sont plutôt sympa. Le personnage principal féminin parvient l'exploit d'être le chef, d'être badass, de sauver le héros et de ne pas finir comme love interest, ce qui est assez rare pour être noté. Mais au final, on retiendra que le pitch était fun, la musique sublime, les costumes super cool et le reste complètement à côté de la plaque. A voir pour le fun, ou bien je vous conseille de tout simplement passer votre chemin.

Posté par Eith à 15:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,