Les j3ux sont faits

vendredi 12 juillet 2019

Japan Expo 2019: retour sur le 20ème impact!

Du 4 au 7 juillet 2019 est revenu l'évènement annuel incontournable pour les amateurs de pop-culture japonaise de France, de Navarre, et de contrées bien plus lointaines: la Japan Expo, qui cette année fêtait sa 20ème édition. Le festival peut se targuer d'avoir accompagné la démocratisation des loisirs venus du Japon, au point d'être aujourd'hui le plus gros salon européen consacré à ce thème, avec ses 240 000 visiteurs sur les quatre jours. Et les critiques usuelles concernant les prix d'entrée en constante hausse (cette année, le billet du samedi seul chiffrait 25€!), l'aspect centre commercial géant ou la présence inévitable de stands de produits contrefaits ne sont pas près de ternir la popularité de ce qui reste LE gros salon annuel pour l'otaku francophone.  Un tel évènement méritait ma présence assidue, et sans plus atendre voici un résumé succinct de mes impressions de cette Japan Expo 2019!

Et on repart pour un tour

Pour son 20ème anniversaire, la convention souhaitait marquer le coup, et cela se voyait dès l'annonce des prestigieux invités: rien de moins que Leiji Matsumoto (Albator), Go Nagai (Godorak), et Yoshiyuki Tomino, le créateur de Gundam venu fêter le quarantenaire de la franchise. Les travaux de ces deux derniers étaient par ailleurs mis en valeur par de riches mini-expos. Autant dire qu'après la thématique Space Opéra de l'an dernier, le fan de SF japonaise que je suis était plus que comblé.

L'exposition Go Nagai

Il est toujours extrêmement compliqué d'obtenir des dédicaces lors du salon: le "premier arrivé premier servi" pourrait aussi bien afficher "pour le devant de la file des billets zen uniquement", et le tirage au sort est frustrant comme jamais. Heureusement, les conférences sont toujours là, et entre les savoureuses digressions de Matsumoto, la remise en direct de la médaille de Chevalier des Arts et des Lettres à Go Nagai par un député venu sur le salon, et la session de questions-réponses d'un Tomino aussi trollesque que d'habitude, il n'y avait pas lieu de s'ennuyer.

Conférence de Yoshiyuki Tomino

 

Mais ces pontes de la SF n'étaient pas les seuls à être de la partie: Aya Hirano, seiyuu d'Haruhi Suzumiya (mais ausi de Lucy dans Fairy Tail) a fait le déplacement pour rencontrer ses fans francophones, et je peux vous dire que la voir chanter God Knows en live, ça fait quelque chose à quiconque a vécu l'explosion du "Haruisme" à la fin des années 2000. Plusieurs musiciens et groupes fort connus étaient de la partie, au point que la convention hébergeait 2 gros concerts les vendredi et samedi soirs, respectivement des génériques d'anime et le Neko Light Orchestra suivi du Naheulband. Mais étant accessibles uniquement avec des billets séparés payants, cela a fait pas mal grincer des dents - pour ma part je me suis abstenu.

Des allées toujours très fréquentées

Côté projections, le programme était également solide: premiers épisodes d'anime à venir (Vinland Saga, My Hero Academia S4), mais aussi des films encore inédits chez nous: le film de la saga de Tanya the Evil (qui m'indiffère pas mal), mais surtout PROMARE, nouveau film du duo à l'origine de Gurren Lagann et Kill la Kill, prévu en salles pour le 31 juillet. Et ce dernier, je peux vous dire qu'il vaut le détour et sera à suivre dès sa sortie - on y retrouve tout le talent explosif de son réalisateur au service d'un spectacle époustouflant de deux heures d'action pure et débridée.

Affiche Promare

Et bien sûr, l'évènement Evangelion était inratable. Streamé en direct depuis Japan Expo, un mini-concert de la chanteuse du générique (identique à celui de la JE de l'an dernier; mais ELLE elle avait les droits pour chanter Fly Me to the Moon, contrairement à Netflix) a servi d'introduction à la projection des 10 premières minutes du quatrième film de la saga Rebuild of Evangelion, celui-là même qui joue les arlésiennes depuis 2013. Comme on pouvait s'y attendre, cette introduction n'a rien expliqué au 3ème film, mais a au moins livré une séquence d'action de toute beauté dans un décor très... Parisien.

J'y étais!

Quand aux spectacles scéniques, les shows cosplay sont toujours au rendez vous, et la finale de l'ECG était d'un niveau époustouflant. Les concours cosplay de Japan Expo et les sélections pour l'ECG 2020 étaient moins ambitieux mais ont assuré le spectacle, et je ne bouderai jamais la possibilité de se poser entre deux déambulations dans les allées de la convention devant des costumes de qualité.

Finale ECG

Puisqu'on parle des allées de la convention, quid des stands et autres animations hors salles? Déjà, plusieurs changements ont été opérés par rapport aux deux années précédentes: si certains m'ont semblé judicieux (les stands associatifs déplacés vers le Hall 4 afin de réserver l'espace autour des scènes Ichigo et Kitsuné au cosplay, ou encore l'aggrandissement des allées de l'espace Wabisabi (consacré aux artistes traditionnels japonais)), d'autres me laissent plus perplexe: les espaces amateurs/artistes pros ont été regroupés sous l'appellation "village créatif" MAIS séparés en quatre parties (correspondant grossièrement, comme auparavant, aux fanzines, stands artistes pros/semi-pros, créatifs vêtements/bijoux, avec une étrange excroissance de fanzines à l'approche de l'espace cosplay). Peu de variété également sur le contenu de ces stands par rapport à l'an dernier, ce qui est dommage.

 

Entrée du Hall 6

Les éditeurs de jeux vidéos, eux, se portent toujours bien depuis leurs immenses stands, et on notera également l'arrivée au sein du salon de tournois e-sport cette année.

Pour finir, bémol par rapport au programme: certes, JE en propose toujours pour tous les goûts, mais le programme cette année m'a semblé très déséquilibré, avec un jeudi et un samedi où l'on ne savait plus où donner de la tête, contrastés avec un vendredi plus calme et un dimanche... assez vide. D'autant plus dommage que la convention est toujours championne pour placer des évènements intéressants en même temps!

En résumé, ce 20ème impact de Japan Expo était particulirement riche en invités et évènements prestigieux, mais certains choix d'organisation discutables (concerts additionnels payants, stands artistes peu renouvelés comparé à l'an dernier) et un programme inégal la placent un peu en-dessous des deux années précédentes à mon avis.

Bien sûr ça ne m'a pas empêché de claquer tout mon argent

Pour prolonger le plaisir, nous avons mis en ligne nos deux galeries de photos de l'évènement:

-Galerie photo de la finale de l'ECG 2019, sur notre page facebook

-Galerie de photos de Japan Expo, sur le blog LJSF

Posté par bizarman à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,